Extrait de l'affiche de l'UCL promouvant l'année Louvain de l'aventure scientifique. Olivier Lecomte (à g. sur la photo), chercheur (UCL/ELI/TECLIM), parti en Antarctique en 2012 dans le cadre de la mission SIPEX (Sea Ice Physics and Ecosystem eXperiment).

Rendez-vous avec 50 « savanturiers »

par Christian Du Brulle

Cathy fréquente les éléphants de mer. Patrick surveille la démarche des sherpas en Himalaya. Nadine et Mathieu, deux futurs polytechniciens, consacrent une partie de leur temps à marcher sur la planète Mars… dans le cadre d’une expérience de simulation. Patrice étudie l’invisible: les bactéries qui peuplent nos intestins.

 

"Profession: savanturier, L’aventure au coin de la Science", Presses universitaires de Louvain, collection “Cordouan”, 25 euros.
« Profession: savanturier, L’aventure au coin de la Science », Presses universitaires de Louvain, collection “Cordouan”, 25 euros.

Au total, ils sont une cinquantaine, chercheurs, professeurs, étudiants de l’UCL, à livrer dans «Profession: savanturier», publié aux Presses universitaires de Louvain, leur expérience de la recherche scientifique et des aventures qu’elle sous-entend.

 

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Ce condensé de belles histoires de savants-aventuriers, proposé par l’Université Catholique de Louvain, pour le lancement de son « année de l’aventure scientifique, » n’est pas qu’une question d’exploration de contrées lointaines. C’est aussi une mosaïque d’interrogations de scientifiques sur la pertinence de leur travail, sur le désir de savoir, de comprendre, de connaître, mais aussi de partager leurs découvertes avec le plus grand nombre. De faire profiter l’Humanité des avancées qu’ils permettent d’engranger.

 

Des risques, mais surtout une passion

 

Ce livre n’est qu’une des multiples initiatives qui émailleront l’année académique qui s’ouvre à l’UCL. « Une année destinée à mieux faire connaître la diversité et les enjeux de la recherche scientifique, principalement fondamentale », indique le Pr Blondel, recteur de l’UCL.

 

« A l’université, notre mission est, entre autres, de générer des connaissances. Elles sont aux rendez-vous. Chaque semaine, des découvertes ont lieu dans nos laboratoires », précise le Pr René Rezsohazy, coordinateur de cette année thématique. C’est lui aussi qui a supervisé la rédaction du livre « Profession: savanturier ».

 

« Avec cette année, nous voulons mettre en avant toutes les dimensions aventureuses de la recherche », indique-t-il encore. « Pour faire progresser la science, les chercheurs prennent des risques. Des risques physiques, parfois. Des risques intellectuels et des risques financiers, souvent ».

 

Toute une année pour donner le gout de l’aventure et des sciences

 

C’est cette dimension collective de la recherche, qui concerne tous les champs de la science et toutes les facettes de la vie humaine, que l’année Louvain de l’aventure scientifique va disséquer au fil des prochains mois.

 

“Mais l’objectif de cette année thématique est aussi de transmettre aux étudiants la passion de la recherche et de donner aux jeunes l’envie de se lancer dans une carrière scientifique”, précise le Pr René Rezsohazy.

 

L’exploration est le sport du savant

 

Dans la préface du livre, le Dr Bertrand Piccard, savanturier parmi les savanturiers, rappelle une maxime qu’il tient de son grand-père: Auguste Piccard, jadis professeur… à l’ULB.  “L’exploration est le sport du savant”, disait celui qui fut le premier explorateur de la stratosphère, grâce à son ballon  “FNRS”.

 

Bertrand Piccard, Docteur honoris causa de l’UCL, connaît bien cette dimension sportive de la recherche. Il vient de réaliser son rêve de boucler un tour du monde en avion solaire.  Il en connaît aussi les multiples autres facettes et apprécie que dans « Profession: savanturier », on est « loin de compiler avec complaisance des sommes de technologies et de prouesses scientifiques ». Parce que ce livre « interroge des savants sur ce qui fait le piment de leur quotidien », se réjouit Bertrand Piccard.