source-gsk-vaccines

Le vaccin contre le zona, champion 2016 de l’innovation industrielle en Belgique

par Christian Du Brulle

L’essenscia « Innovation Award 2016 », qui récompense une innovation industrielle de qualité en Belgique dans le domaine de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie, a été attribué lundi matin à la société GSK, de Wavre.

 

Ce prix décerné tous les deux ans depuis 2012 récompense cette année la mise au point d’un nouveau vaccin, développé en Wallonie, avec le concours des chercheurs de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Un produit destiné à lutter contre le zona.

 
Un vaccin efficace à 97 %

 

« C’est un vaccin d’une grande efficacité », précise Emmanuel Hanon, directeur de la R&D « vaccins » chez GSK. « Les essais cliniques que nous avons menés jusqu’à présent montrent une efficacité de 97 % chez les personnes âgées de 50 ans et de 90 % pour les plus de 70 ans ».

 

Un beau résultat, à entendre Emmanuel Hanon. Et un produit qui à terme va concerner une large frange de la population. Le zona est une forme réactivée du virus de la varicelle, que nous portons quasi tous. Cet herpès peut, avec l’âge, quand le système immunitaire s’affaiblit, se développer en maladie et provoquer des lésions cutanées douloureuses.

 

Depuis des années, GSK travaille à la mise au point de ce vaccin. Grâce à une collaboration avec l’ULB, il touche au but.

 

« Nous avons identifié un antigène, un « fragment » bien précis du virus de la varicelle, capable d’induire une réponse immunitaire efficace », indique Emmanuel Hanon. En le combinant avec un adjuvant, le candidat-vaccin a pris forme. Avec des résultats impressionnants.

 
Innovations de qualité

 

  • Au terme d’une première sélection opérée par le jury de l’essenscia Innovation Award, cinq autres candidats étaient encore en course pour ce prix. Tous proposaient une innovation industrielle de qualité.
  •  

    • – BASF à Anvers mettait en avant son nouveau polymère subabsorbants: un produit qu’on retrouve notamment dans les langes des bébés.
    • – Qpinch, une spin off de l’Université de Gand, proposait son système de récupération de la chaleur industrielle pour économiser l’énergie.
    • – Ire Elit, le centre d’innovation de l’Institut national des radioéléments de Fleurus présentait son générateur de gallium-68.
    • – Evonik, à Anvers, proposait son nouvel aliment pour l’aquaculture.
    • – Mithra Pharmaceuticals, spin off de l’Université de Liège, mettait en exergue la valorisation de l’hormone naturelle esterol en matière de contraception féminine et lors de la ménopause.

     

    En quatre ans, le jury de l’essenscia Innovation Award a examiné une centaine de dossiers. Dont 40 rien que cette année, indique François Cornélis, le président du jury. Ils portaient sur le potentiel de nouveaux médicaments, des vaccins,  des polymères, des isolants,  des procédés d’épuration et de recyclage, des techniques d’économie d’énergie, de lubrification ou encore de diagnostic », précise-t-il.

     

    Une R&D sectorielle dynamique

     
    Un président qui identifie dans ces chiffres le dynamisme du secteur dans la R&D et qui se félicite de l’existence et de l’attrait de ce prix de l’innovation.

     
    Dans l’appréciation des projets d’innovation, le jury prend en considération différents critères tels que le lien avec la chimie, les matières plastiques et les sciences de la vie, la contribution au développement durable, la stratégie de protection de la propriété intellectuelle et la valeur ajoutée pour l’économie belge. Le gagnant de l’essenscia Innovation Award remporte aussi un chèque de 30.000 euros.