par Daily Science

La transformation d’une découverte scientifique en une application utile largement disponible peut parfois aller très vite. La preuve à l’Université de Liège (ULg), où l’Unité de génomique animale du Pr Michel Georges a mis au point, en quelques semaines, un test de dépistage 100% efficace d’une anomalie génétique mortelle pour certaines vaches laitières.

 
C’est une bonne nouvelle pour les producteurs de lait disposant de vaches Holstein. Le test développé par les chercheurs de l’Unité de génomique animale du GIGA-R (Groupe Interdisciplinaire de Génoprotéomique Appliquée) devrait leur permettre d’éviter le décès précoce de veaux porteurs d’une mutation génétique relativement fréquente: l’anomalie génétique CDH (Cholestérol Deficiency Haplotype).

 
Cette nouvelle anomalie génétique a été découverte par un groupe de généticiens allemands l’été dernier (2015). Certains veaux issus d’animaux porteurs présentent un trouble du métabolisme du cholestérol. Ce trouble empêche le veau de se développer. Outre la perte d’appétit, il est également victime d’une diarrhée incurable le conduisant à une mortalité précoce.

 

Les chercheurs de l’Université de Liège ont pu identifier la mutation responsable de ce trouble. Ils ont ainsi développé un test de dépistage sûr, lequel est désormais disponible sur le marché.

 

Tester la qualité de la semence des taureaux

 

« On estime que dans certaines populations de vaches Holstein, jusqu’à 5% des individus peuvent être porteurs de cette mutation », explique le Pr Michel Georges. « C’est quand il est question de reproduction que les risques de mortalité apparaissent. Si les deux parents sont porteurs de la mutation, un veau sur quatre risque de souffrir de cette anomalie génétique mortelle. Une maladie qui tue le petit dans les six premiers mois de son existence », précise le biologiste moléculaire.

 

Le test de dépistage permet aux éleveurs de limiter le risque de donner naissance à des veaux porteurs. « Notre test intéresse au premier chef les centres d’insémination », précise le Pr Georges. « Ils peuvent vouloir tester la qualité de la semence de leurs taureaux pour cette mutation avant de l’utiliser. Un autre public concerne les exploitants de vaches Holstein qui ont été confrontés dans le passé à des cas de mortalité précoce dans leur exploitation ou qui disposent de spécimens descendants de porteurs avérés ».
 

A Liège, ce test génétique CDH vient s’ajouter à une vingtaine d’autres développés par l’Unité de génomique animale. Le Pr Georges, prix Francqui en 2008, est notamment à l’origine de tests visant à identifier les gènes qui contrôlent certaines caractéristiques des individus, comme les maladies génétiques, mais également d’autres, qui concernent la croissance des muscles ou encore la production de lait.