L’Université de Louvain (KULeuven) est la plus innovante des universités européennes. C’est le groupe Thomson Reuters qui le dit, ou plus exactement sa division « IP & Science ».
 
La KUL se situe en effet en tête d’un classement qui prend en compte une dizaine de paramètres. Cela va du nombre d’articles publiés dans des revues scientifiques, des demandes de brevets déposés, de brevets effectivement obtenus ou encore du nombre de citations des « inventions » issues de l’université formulées par d’autres équipes de recherche dans leur propres demandes de brevets. Sans oublier l’importance financière de la commercialisation des avancées obtenues par l’Institution et des montants qu’elle a investis dans la recherche.
 
Tiercé gagnant
 

Classement Thomson Reuters des universités europeennes

Classement Thomson Reuters des universités europeennes

En deuxième position de ce classement, on retrouve l’Imperial College de Londres, puis l’Université de Cambridge. Dans ce Top 100 des universités européennes innovantes figurent encore cinq autres universités belges: ULB, UGent, VUB, UCL et ULg.
 
Si la KUL occupe la première place du « Top 100 » de Thomson-Reuters, elle n’est pas la seule institution belge à être reprise dans ce classement. L’Université Libre de Bruxelles (ULB) y occupe la 21e place, juste avant l’Université de Gand. En 50e position, on retrouve l’Université libre (flamande) de Bruxelles (VUB) tandis que l’Université Catholique de Louvain (UCL) occupe la 61e place. L’Université de Liège (ULg) se classe en 71e position et clôture le palmarès belge.
 
Comparaison des performances des trois universités francophones belges reprises dans le classement Thomson Reuters 2016 par rapport à la KUL.

Comparaison des performances des trois universités francophones belges reprises dans le classement Thomson Reuters 2016 par rapport à la KUL.

Voici une comparaison des chiffres-clés de Thomson-Reuters en ce qui concerne les performances de la KUL par rapport aux universités francophones belges. On remarquera que certaines d’entre elles font mieux que la tête du classement pour certaines valeurs. L’impact commercial des inventions de l’UCL par exemple, dépasse celui de la KUL tandis que Liège talonne la grande université flamande en ce qui concerne le taux de succès de ses demandes de brevets.
 
Comment ce classement a-t-il été dressé?
 
Pour réaliser ce classement, Thomson Reuters a commencé par identifier les 170 universités européennes (sur un pool de 600 institutions) ayant publié le plus d’articles dans des revues scientifiques entre les années 2009 et 2014. Un calcul basé sur sa propre base de données « Web of Science ».
 
Cette donnée a ensuite été complétée par le nombre de citations d’articles scientifiques par des tiers. Thomson Reuters a également croisé ces informations avec le nombre de demandes de brevet déposées pendant cette même période par les universités. Il en a été de même pour la citation des brevets obtenus par d’autres innovateurs.
 
La liste a ensuite été réduite aux universités et assimilés ayant déposé au moins une cinquantaine de demandes de brevet. Et des indicateurs complémentaires ont également été pris en compte, comme la fréquence des demandes de brevets, l’octroi des brevets, la mention ou non d’un coauteur industriel dans les articles scientifiques…
 
L’Europe occidentale se taille la part du lion
 
On notera encore que d’un point de vue plus régional, le classement montre que les institutions les plus innovantes se situent en Europe occidentale (60% des universités de ce top 100).
 
L’Europe du Nord arrive en seconde position avec 24 universités, puis l’Europe méridionale avec 15 universités. L’Europe de l’Est est quasi absente de ce classement. Seule l’Université Jagellon (Pologne), classée 92e, y figure. Enfin, on remarquera aussi que certains pays brillent par leur absence, comme la Finlande ou la Suède.