par Christian Du Brulle

« Will you marry me? » « Joyeux Noël ! » Voilà deux expressions que des scientifiques bruxellois ont réussi à faire dire à des singes! Et que nous vous proposons d’écouter ci-dessous !

 

Parallèlement aux travaux bruxellois, une équipe française qui s’intéresse également aux sons émis par nos cousins primates vient d’identifier chez les babouins des vocalisations comparables à nos voyelles. De quoi remettre en question la notion de langage propre à l’être humain? Pas vraiment…

 

Intelligence artificielle

 

En Belgique, c’est à la Vrije Universiteit Brussel qu’on fait parler les singes. Du moins virtuellement. Avec des collègues de l’école vétérinaire de l’Université de Vienne et de l’Université Princeton aux États-Unis, le Pr Bart De Boer, du laboratoire d’Intelligence artificielle de la VUB, a étudié et modélisé l’anatomie de l’appareil vocal chez les macaques. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion qu’ils disposaient bien de tout le nécessaire « mécanique » pour parler.

 

Il ne restait alors plus qu’à engager effectivement une discussion. C’est ici que le bât blesse, évidemment. Et plus précisément du côté des ressources cognitives des animaux. Le cerveau des singes n’est pas assez développé pour développer le langage tel que nous le connaissons.

 
« Malgré plusieurs tentatives, personne n’a réussi à apprendre à parler aux chimpanzés », indique-t-on à la VUB. « Même chez les spécimens qui ont grandi au sein d’une famille humaine, les singes ne sont pas en mesure d’apprendre de nouveaux sons ».

 

Qu’à cela ne tienne ! L’équipe de chercheur a modifié un appareil vocal virtuel adapté aux singes en le dotant d’une intelligence artificielle, histoire de faire « parler » le primate et pouvoir apprécier l’intelligibilité de sa « parole ».

 

Deux phrases ont été ainsi été dites par ce spécimen digital. Écoutez-les ci-dessous :

 

La phrase « Will you marry me »

 

L’expression : « Joyeux Noël »


« L’objectif était bien de découvrir comment la voix des singes « sonnerait », s’ils étaient dotés d’un cerveau humain », insiste l’équipe. Et leur modèle montre que les singes pourraient produire de nombreux sons différents pour former des milliers de mots.

 

Les cinq voyelles des babouins

 
En France, ce sont les vocalisations des babouins qui ont été étudiées. Les chercheurs y ont analysé 1.400 sons produits par une quinzaine de spécimens. Leurs vocalises ont été enregistrées alors que les singes cherchaient à communiquer entre eux. Résultats : l’équipe a pu montrer que les babouins étaient capables de produire des sons comparables à nos cinq voyelles humaines.

 

Pourquoi s’intéresser au « langage » des singes? « Parce que les vocalisations des babouins préfigurent un système de parole chez les primates non humains. Et que leur étude pourrait nous en apprendre davantage sur l’évolution du langage humain, au fil de l’évolution », concluent les scientifiques français.