par Daily Science

« C’est qui le bon chien ? Viens ici mon chien ! Ah il est gentil le chien… » Quand nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Pourquoi? Voilà ce qu’ont voulu savoir des chercheurs français, américains et britanniques.
 
Pour tenter de comprendre ce type d’attitude, ils se sont livrés à deux expériences.
 
Un chiot est un bébé comme un autre
 
Dans une première expérience, les chercheur(e)s ont présenté des photographies de chiens d’âges divers à des adultes humains qui avaient pour consigne de dire les phrases suivantes : « Alors le chien ! Comment ça va le doudou ? C’est qui le bon chien ? Viens ici mon chien! Ça c’est un gentil chien ! »
 
Les personnes devaient ensuite prononcer ces mêmes phrases sur un ton neutre.
 
L’analyse de la structure acoustique des enregistrements montre que notre manière de parler face à des chiots est très semblable au « parler bébé »… et que nous continuons d’utiliser ce registre, quel que soit l’âge du chien !
 
Tout est une question de ton
 
Dans une seconde expérience, les scientifiques ont fait écouter ces enregistrements à des chiens, chiots et adultes. Un haut-parleur posé sur le sol émettait successivement la phrase prononcée en « parler chien » et la même phrase en langage normal. La réponse du chien a été filmée pour être analysée.
 
Les résultats des expériences sont clairs : lorsque la phrase émise par le haut-parleur est prononcée de manière normale, aucun des chiens testés ne manifeste d’intérêt pour l’enregistrement. Au contraire, lorsqu’ils entendent du « parler chien », les chiots deviennent très excités, aboient et s’approchent du haut-parleur, tandis que les chiens adultes… ignorent l’enregistrement, continuant de vaquer à leurs occupations.
 
A la recherche d’une communication efficace
 
En montrant que les humains utilisent le « parler chien » pour communiquer avec des chiens de tous âges, cette étude suggère que ce registre particulier est utilisé pour engager des interactions avec un individu non doué de langage.
 
Il est donc fort probable que le « parler bébé » utilisé avec notre progéniture soit motivé par notre désir de rendre notre communication plus efficace avec un être qui ne maîtrise pas encore le langage et/ou dont on pense qu’il a des difficultés à nous comprendre. Si le « parler bébé » accélère effectivement l’apprentissage du langage chez les nouveau-nés, nous aurions donc tort de nous en priver !
 
Bref, si nous parlons bébé à nos chiens, c’est donc pour interagir avec eux, des êtres vivants ne maîtrisant pas la parole. « Et sans doute… en espérant inconsciemment qu’un jour il nous réponde… en parlant ! », concluent les chercheurs.