La médecine vétérinaire est un des domaines dans lesquels excelle l'université Texas A&M. Une opportunité pour les entreprises wallonnes, comme Revatis, à Aye, spécialisée en médecine régénérative pour les chevaux.

Pourquoi l’innovation wallonne s’exporte au Texas depuis 10 ans

par Christian Du Brulle

Au pays de Microsoft, d’Apple et de Google, la technologie wallonne est appréciée! Les participants aux missions organisées plusieurs fois par an à College Station, au Texas, par l’Awex, l’Agence Wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers, en témoignent volontiers.

 

A l’automne dernier, une dizaine d’entrepreneurs wallons faisaient le voyage américain. « Six mois plus tard, plusieurs d’entre eux poursuivent activement leur désir d’implantation aux États-Unis », confirme le Dr Philippe Lachapelle, directeur « Innovation » à l’Awex. A chaque fois, ces « success-stories » reposent sur un esprit entrepreneurial solide et… les fruits de recherches scientifiques et/ou technologiques.

 

Quelques exemples? « Depuis notre mission du mois d’octobre, la société VolitionRX de Namur, qui développe des tests de détection du cancer colorectal, explore les contacts fructueux établis sur place», précise Philippe Lachapelle. « Il en va de même de ADC Group, qui développe des salles blanches clés sur porte pour la thérapie cellulaire, ou encore de RevaTis, à Aye, non loin de Marche-en-Famenne, active en médecine régénérative vétérinaire pour les chevaux ».

L’Université Texas A&M comme porte d’entrée

 

Le point de départ de l’aventure américaine pour ces sociétés passe donc par College Station qui, avec sa jumelle Bryan, héberge l’Université Texas A&M.

 

Outre le partenaire académique, l’Awex travaille en étroite collaboration avec la société Research Valley Partnership. Ce partenaire aide les entreprises innovantes étrangères à développer des collaborations techniques, scientifiques et économiques avec des entreprises américaines, voire à s’installer aux États-Unis.

 

Depuis dix ans, les contacts entre l’Awex et l’Université Texas A&M sont fructueux, comme l’explique Philippe Lachapelle

Les contacts se nouent aussi au niveau strictement académique. En février dernier, le Pr Éric Haubruge, Premier vice-recteur de l’Université de Liège, avait fait le voyage au Texas pour y rencontrer ses homologues. But de cette mission: déterminer notamment dans quelle mesure des collaborations pourraient être développées avec Texas A&M dans les domaines de la biomasse et de l’agronomie.

 

Les relations privilégiées entre la Wallonie et le Texas se traduisent également par des développements dans le secteur de l’informatique. La preuve par la société Lisam systems, d’Écaussinnes. Sa filiale américaine, « Lisam America », installée au Texas suite aux missions de l’Awex en 2010, réalise aujourd’hui une part importante du chiffre d’affaires de l’entreprise belge!

 

« Aujourd’hui, quasi une dizaine de personnes ont été engagées aux États-Unis par Lisam », note le directeur Innovation, à l’Awex. « Ces développements ont permis en parallèle de développer l’emploi en Belgique ».

 

Une appréciation qui recoupe celle d’Andrew Nelson, le patron de Lisam America.

Pour lui, c’est clair, les bénéfices engrangés aux États-Unis par la filiale profitent à l’emploi wallon et à la Recherche et au développement en Belgique.

Les entreprises culturelles bénéficient aussi de la « Texas Connection » wallonne

 

Les liens privilégiés tissés depuis une décennie par l’AWEX, entre le Texas et la Wallonie, profitent aussi au secteur culturel. Le souvenir de la bataille des Ardennes a été l’occasion de monter une toute nouvelle exposition à Bastogne, l’hiver dernier.

 

Une exposition financée à 50% par l’Université américaine qui prend comme fil conducteur l’implication d’étudiants et d’anciens étudiants de Texas A&M dans cette fameuse bataille.

 

« Nous préparons déjà la suite », conclut Philippe Lachapelle. « En, 2016, cette exposition temporaire devrait aller au Texas, où elle constituera le coeur d’un nouveau musée. Nous travaillons déjà à ce déménagement, mais surtout, à la mise sur pied d’un cluster d’entreprises wallonnes actives dans le domaine culturel. Notre but ? Promouvoir leur savoir-faire aux États-Unis. Le tourisme de mémoire, tout comme chez nous, est un phénomène qui prend de l’ampleur outre-Atlantique… »