A Liège, le Sirris mise sur la technologie « smart » et allégée

par Christian Du Brulle

Plots pour parkings intelligents, capteurs de surveillance de remplissage des bulles à verre, robots connectés, bracelet de sécurité pour enfants, jauges branchées pour cuves à mazout… Les objets connectés, intelligents ne tombent pas du ciel. Il faut les penser, les concevoir, les développer et enfin les produire. Le tout en pensant aussi à la miniaturisation de leurs composants.

La nouvelle « Smart room » du Sirris, à Liège (Seraing) est une source d’émerveillements et d’inspiration dans ce domaine. On y retrouve quelques-uns des derniers objets connectés (IoT/Internet of things) qui ont pu voir le jour grâce aux coups de pouce donnés par les ingénieurs de ce Centre de Recherche Agréé et d’expertise de l’industrie technologique à toute une série d’entreprises misant en Belgique sur l’innovation pour se développer.

« La « Smart room » est un lieu d’inspiration. C’est aussi un lieu de démystification de projets autour de l’internet des objets », assure Jean-Claude Noben, directeur régional du Sirris pour la Wallonie.

Faciliter la création de produits légers, miniaturisés, intelligents et connectés

Et ce n’est là qu’une partie des services de dernière génération que les ingénieurs du Sirris peuvent offrir aux entreprises qui veulent innover, qui pensent « objets intelligents ».

Cinq autres laboratoires (on dit ici « labs ») sont à la disposition des entreprises. Ensemble, ils forment le nouveau hub technologique du Centre de recherche agréé. Leur mission? Faciliter la création de produits légers, miniaturisés, intelligents et connectés », reprend Jean-Claude Noben.

Ce nouveau hub concentre donc six « labs » dotés de technologies de dernière génération. Six labos qui  coopèrent de façon intégrée, y compris avec les autres équipes de Sirris à Bruxelles et en Flandres, pour accompagner les entreprises tout au long du développement de leurs nouveaux produits.

Ces six laboratoires sont aussi variés que complémentaires

  • – Le Concept Lab permet la mise en forme les idées de produits à l’aide de la conception 3D, de la modélisation numérique ou encore de l’utilisation de plateformes
  • – Le Fabrication Lab est un Fablab où ingénieurs et techniciens se rencontrent pour matérialiser les projets, en utilisant l’usinage numérique,  la découpe ou l’impression
  • – Le Micro Lab se concentre sur la miniaturisation des composants en ayant recours au micro usinage, au micro-assemblage, à l’impression de circuits électronique
  • – Le Plastics Lab permet la fabrication de produits en matière plastique avec la production de premiers exemplaires dans des conditions de fabrication industrielles, via des technologies de moulage innovantes comme la micro-injection
  • – L’Hybrids Lab: pour développer des applications multimatériaux, (plastiques combinés avec le métal, le verre, les composites, etc.) dans une optique d’allègement et d’utilisation rationnelle des matériaux
  • – Et enfin, le Smart Lab, une vitrine qui doit aussi permettre le développement de produits plus intelligents et connectés

Pour développer ce nouveau hub, Sirris à mis la main au portefeuille: 850.000 euros, dont une bonne partie provient de fonds de développement régional de l’Union européenne.

But de la manœuvre: aider et accompagner les entreprises qui font appel à nous. Elles sont plus de 650 en Wallonie chaque année, à concevoir leurs produits du futur avec nous », précise  René Branders, Président de Sirris. « Avec un objectif: leur permettre d’atteindre rapidement l’étape du prototype prêt pour l’industrialisation ».

Le Sirris est une vieille dame (quasi 70 ans) qui a su rester jeune et se réinventer. Son centre du Science Park liégeois le prouve à nouveau. Son nouveau hub se concentrant sur trois domaines : les produits légers, la miniaturisation et la connectivité des produits.