Le mâchoire d'Hainosaurus fait 1,6 mètre.

Les mosasaures ont le sourire au Muséum

par Christian Du Brulle

Tout à côté de la cage des iguanodons, au Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles, les mosasaures pointent désormais du nez! Une nouvelle (petite) salle qui s’ouvre aujourd’hui au public leur est entièrement consacrée. Ils le méritaient !

La collection de fossiles de mosasaures de Bruxelles est une des plus riches du monde. Deux « gisements » importants de mosasaures sont en effet situés en Belgique : au Limbourg et en Hainaut, dans des terrains crayeux. Ces contemporains des dinos manquaient de visibilité au Muséum. La question est désormais réglée.

 

Neuf espèces différentes dont huit “holotypes”

« Les mosasaures sont des lézards marins, des prédateurs qui peuplaient les mers chaudes du Crétacé », explique Gérard Cobut, le muséologue qui a élaboré la nouvelle salle d’exposition. « Les spécimens dont nous disposons ne sont pas tous aussi complets que nos iguanodons. Mais d’un point de vue scientifique, ils sont prodigieux ».

Les iguanodons présents dans les collections de l’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique appartiennent à deux espèces différentes. Les 52 squelettes de mosasaures conservés à Bruxelles représentent neuf espèces différentes.

« Sur ces neuf espèces, huit ont servi à la description de l’espèce au niveau mondial. ce sont des holotypes. Ils sont uniques », précise Gérard Cobut.

 

Les mosasaures ne sont pas des dinosaures (Gérard Cobut)

Hainosaurus, le lézard géant de Ciply

Le muséum propose à ses visiteurs de découvrir quatre espèces différentes dans sa nouvelle salle, dont deux de ces spécimens holotypes Très didactique, la salle aborde diverses facettes de la vie de ces animaux disparus : leur dispersion mondiale, leur anatomie, leur reproduction, etc.

 Un des plus grands mosasaures découverts en Belgique pays fait quasi 13 mètres de long. Son squelette fossile est exposé dans la nouvelle salle. Il a été découvert à Ciply, en province de Hainaut et son impressionnante mâchoire dotée de dents n’ayant rien à envier à celle du Tyrannosaure exposée dans la salle voisine.

Ce géant a été baptisé Hainosaurus bernardi. Un peu de sémantique scientifique? Haino-saurus signifie “reptile de (la vallée de ) la Haine”. Il s’agit de la rivière qui donne son nom au Hainaut, aux abords de laquelle il a été découvert.

Extrait d’une animation sur les mosasaures visible au Muséum des Sciences Naturelles de Belgique


Les reptiles de la Meuse

La salle, située en sous-sol, est lumineuse et agréable à explorer. Elle nous rappelle aussi l’origine du nom générique de cette espèce étonnante. Les premiers fossiles ont été découverts dans les années 1770, à la Montage Saint-Pierre, le long de la Meuse, près de Maastricht. En 1822, l’énorme crâne fossile qui y avait été exhumé fut enfin baptisé mosasaure, soit reptile (-saure) de la Meuse (mosa-).

 

Une spécialité belge ?

A noter encore, nombre des noms donnés aux différents spécimens découverts chez nous font référence à la Belgique ou aux activités minières (phosphate) qui ont permis leur découverte à l’époque. Outre l’Hainosaurus déjà évoqué, pointons Phosphosaurus ortliebi, Prognatodon solvayi ou encore Mosasaurus lemonnieri.

A lire également

Bien avant l’arrivée des mosasaures, une extinction massive fit place (quasi) nette sur Terre: l’extinction Permien-Trias. La faute aux microbes?