Le Brexit pourrait coûter 5.000 emplois à la Wallonie

par Daily Science

Il y a un an, le groupe de travail de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) sur les conséquences du Brexit bouclait un rapport qui indiquait que la recherche et la mobilité des étudiants allaient pâtir de la sortie britannique de l’Union européenne.

L’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS), un institut scientifique public, vient lui de faire les comptes en ce qui concerne l’économie wallonne.

La Flandre davantage impactée

Selon ses estimations, près de 20 000 postes de travail en Wallonie dépendraient des exportations belges de marchandises vers le Royaume-Uni, soit 1,6% de l’emploi total mesuré dans la région en 2015. Dans un scénario de Brexit plutôt défavorable, caractérisé par un échec des négociations (hypothèse appelée « hard » Brexit), l’Iweps estime qu’un peu plus de 5 000 postes de travail seraient menacés en Wallonie, soit 0,4% du total.

L’économie flamande serait de son côté davantage exposée. 2,7% de son emploi total dépendraient des exportations belges de marchandises vers le Royaume-Uni, soit 72 000 postes de travail).

Dans un scénario de « hard » Brexit, 0,8% de l’emploi total en Flandre serait menacé également menacé, soit 21 000 postes de travail, estime l’IWEPS.

Disparités sectorielles

Ce résultat tient pour partie à la moindre importance du marché britannique pour les exportateurs wallons, mais aussi à des effets de composition des exportations à destination de ce marché.

Plus globalement, l’IWEPS estime que 1,6% de la valeur ajoutée (et de l’emploi) en Wallonie dépendrait des exportations belges de marchandises à destination du Royaume-Uni. C’est largement davantage qu’en région bruxelloise et sensiblement moins qu’en Flandre, région globalement plus industrielle et plus ouverte.

impact du Brexit sur les régions belges © Iweps

L’analyse montre aussi qu’il est primordial de prendre en compte les flux interrégionaux. 5 000 postes de travail en Wallonie dépendent de manière indirecte des exportations internationales de marchandises au départ des deux autres régions belges vers le Royaume-Uni.

Par ailleurs, il ressort de l’analyse que certains secteurs de production wallons sont particulièrement exposés au marché britannique et mériteraient dès lors une attention renforcée dans le cadre des négociations sur le Brexit, même si ceux- ci ne représentent qu’une très faible part de l’activité et de l’emploi total en Wallonie.

Ce résultat tient pour partie à la moindre importance du marché britannique pour les exportateurs wallons, mais aussi à des effets de composition des exportations à destination de ce marché.

Les dix principaux secteurs wallons exportateurs de marchandises à destination du Royaume-Uni © Iweps

Les principaux flux d’exportation de la Wallonie concernent des produits pharmaceutiques et apparentés (matériel médical) ainsi que des produits chimiques, pour lesquels les niveaux moyens de tarif sont globalement relativement faibles au niveau mondial, tandis que les exportations de la Flandre concernent davantage de produits tels que les équipements de transport et les produits de la transformation alimentaire, catégories pour lesquelles les tarifs moyens à l’importation sont relativement plus élevés.