L’Innovation wallonne investit la troisième dimension

Le photomaton 3D, l’impression industrielle 3D, une visite virtuelle en 3D de votre futur logement ou de votre futur bureau, la prothèse médicale réalisée sur mesures et en impression 3D… Pour mieux cerner les tendances de l’innovation en Région Wallonne, rien de tel que le rendez-vous annuel d’Innovatech. L’événement vient d’avoir lieu à La Bruyère, non loin de Namur.

 

« Et la tendance de cette année en matière d’innovation en Wallonie est assurément orientée vers la 3e dimension », souligne Marie-Hélène Van Eyck, directrice d’Innovatech. Cette association coache depuis plus de dix ans les entreprises wallonnes qui misent sur l’innovation technologique. Pour son événement « A la découverte des innovations wallonnes », elle a sélectionné une soixantaine de projets.

 

Des innovations technologiques, récentes et disponibles

 

La troisième dimension y occupe une place de choix. Avec comme autres tendances lourdes cette année, les objets connectés, les applications informatiques et électroniques, et, dans la construction, les habitations modulaires.

 

« Notre sélection des innovations repose sur trois piliers », précise Marie-Hélène Van Eyck. « Les innovations proposées doivent avoir moins de trois ans, il doit s’agir d’une innovation technologique concernant un produit, un service ou un procédé de fabrication et elles doivent être commercialisées ou être en phase de commercialisation ».

 

Contrairement aux incubateurs, dont le but est d’aider à la création et au décollage de nouvelles entreprises, Innovatech aide les entreprises en place, parfois toute jeune, parfois quasi centenaire, à innover en devenant davantage technologiques.

 

« Cela passe par la mise en réseau des entreprises que nous connaissons et qui peuvent être complémentaires dans le développement d’une innovation », reprend la directrice d’Innovatech. Notre veille technologique est également un atout, de même que nos contacts avec les universités, les centres de recherche wallons ou encore les pôles de compétitivité. Chaque année, 250 entreprises sont coachées par Innovatech.

 

Un stylo pour écrire à main, réellement, « levée »

 

« Nous avions en projet le développement d’un stylo capable d’écrire ou de dessiner en trois dimensions », explique Ismaïl Baran, cofondateur de la société Lix Pen. Basée à Londres afin de pouvoir bénéficier d’un service de crowd-funding aux Etats-Unis, Lix Pen vient de lever 1,2 millions de dollars de financement en un mois ! Un succès inespéré. « Nous avons dû arrêter les précommandes, précise l’entrepreneur ».

 

La bonne idée d’Ismail Baran et de son associé est toute simple : élaborer une sorte de mini-imprimante 3D manipulable à la main. L’outil se présente comme un gros stylo de 50 grammes environ. Son « encre » est composée de fils de plastique identiques à ceux qu’on retrouve dans les imprimantes en 3D. Une fois fondue dans le corps de l’outil, l’encre sèche immédiatement à l’air libre. Ce qui permet de tracer n’importe quelle forme dans l’espace, et non uniquement sur une feuille en deux dimensions.

 

 

« Les applications sont nombreuses », pronostique l’entrepreneur. « Notamment du côté des designers ». A en juger par la levée de fonds réalisée en un mois, l’engouement pour ce produit est effectivement bien réel.

 

Cette success-story se retrouve, comme toutes les autres innovations wallonnes sélectionnées cette année, dans un catalogue disponible en ligne. Un catalogue, qui, une fois traduit en anglais, devrait rejoindre l’arsenal des Attachés économiques et commerciaux de l’Agence wallonne à l’exportation (Awex) présents aux quatre coins du monde. De quoi doper à l’international la visibilité de l’innovation wallonne.