Les yeux et les oreilles de Daily Science (108)

52 millions d’euros pour le projet SMART de l’IRE, à Fleurus, feu vert gouvernemental au projet Myrrha, le concours « l’Odyssée de l’objet » vise la survie et… le Québec, qui sont les lecteurs de Daily Science…

À la rédaction de Daily Science, nous repérons régulièrement des informations susceptibles d’intéresser (ou de surprendre) nos lecteurs. Découvrez notre dernière sélection.

 

52 millions d’euros pour le projet SMART de l’IRE, à Fleurus

L’IRE, l’Institut des radioéléments situé à Fleurus, est l’un des principaux producteurs de molybdène-99, dont est issu le technétium-99, le radioélément le plus utilisé en médecine nucléaire dans le monde. Plus de 70% des procédures d’imagerie nucléaire y recourent pour la détection de maladies et l’examen des organes et de leur structure.

L’IRE examine depuis plus de 5 ans la possibilité de faire appel à des technologies alternatives pour la production de molybdène-99. Les conclusions de ces études ont conduit l’Institut à se focaliser sur un système novateur de production directe par accélérateur de faisceaux d’électrons, à l’exclusion donc de toute utilisation d’uranium de fission. C’est l’objectif du projet SMART : « Source of MedicAl RadioisoTopes ».

La production actuelle par fission pourrait être remplacée en 2028 par cette nouvelle technologie. Le gain principal de cette dernière réside dans le fait qu’elle produit environ 100 fois moins de déchets radioactifs que le processus actuel, et que ceux-ci sont d’une durée de vie beaucoup plus courte (déchets de catégorie A).

La semaine dernière, le gouvernement belge a annoncé qu’il soutiendrait ce projet à hauteur de 52 millions d’euros pour la période 2019-2020, dans le cadre du Pacte national pour les investissements stratégiques (PNIS).

L’avantage pour l’Etat fédéral est à terme une réduction importante des coûts liés au traitement et au stockage des déchets tels que générés actuellement. L’estimation de ces coûts, basée sur les prix actuels, s’élève à 230 millions d’euros sur 10 ans.

 

Feu vert gouvernemental au projet Myrrha

Si la Belgique entend rester un acteur de niveau mondial en innovation dans des domaines clés tels que la médecine nucléaire et la production de radio-isotopes médicaux, le pays investit aussi dans la recherche sur les nouveaux matériaux, les accélérateurs de particules et dans l’étude de la transmutation des déchets radioactifs.

En parfaite intégration avec les domaines « recherche et innovation », « médical » et « énergie » du Pacte national d’investissement stratégique gouvernemental, le même Conseil des ministres de la semaine dernière a également décidé de réaliser en Belgique une nouvelle grande infrastructure de recherche sur le site du SCK-CEN à Mol : MYRRHA (Multipurpose Hybrid Research Reactor for High Tech Applications).

La première phase portera sur la construction de l’installation MINERVA constituée principalement d’un accélérateur de 100 MeV (Mega-électron-volts) et dont l’entrée en service est prévue avant 2026.

Le gouvernement a également pris la décision de constituer une AISBL (association internationale sans but lucratif) comme structure d’accueil, dans le but de promouvoir le projet et de développer la participation de partenaires internationaux intéressés.

Enfin, de manière à garantir toutes les chances de réussite au projet, le Conseil des ministres a décidé d’un financement structurel  à hauteur de plus de 550 MEUR sur la période 2019-2038, d’une part pour couvrir d’ici à 2026, tant les investissements de l’installation MINERVA, que les études et le développement de l’installation, et d’autre part les coûts d’exploitations de l’installation MINERVA après 2027.

 

Le concours « l’Odyssée de l’objet » vise la survie et… le Québec

 

L’Odyssée de l’Objet, qui a lieu une année sur deux depuis 2002, a pour objet de stimuler la créativité et l’esprit d’innovation chez les jeunes et doit aboutir à la conception et la réalisation d’un objet tridimensionnel par la mise en œuvre d’un ou plusieurs matériaux préalablement sélectionnés dans le respect d’un thème imposé.

Pour cette édition 2018-2019, la thématique retenue est celle de « l’objet de survie ».

Tous les élèves du secondaire, de la 1ère à la 7ème année, de tous les réseaux et de tous les types d’enseignements, soit dans un établissement scolaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles situé sur le territoire de la Région wallonne ou sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale, soit dans un établissement scolaire de la Communauté germanophone, sont invités à participer à ce concours.

La nouveauté de l’édition 2018-2019, c’est que le concours sera organisé conjointement avec le Québec. Dans une première phase, les projets seront jugés séparément au niveau régional. Ensuite, les meilleurs objets québécois et wallons seront confrontés pour un classement international.

Attention, la date limite des inscriptions est fixée au 21 septembre.

 

Qui sont les lecteurs de Daily Science?

Voilà une question à laquelle une étudiante en journalisme de l’Institut Supérieur de Formation Sociale et de Communication (Haute École ICHEC-ISFSC, à Bruxelles) aimerait obtenir une réponse. Qui êtes-vous? Comment avez-vous découvert Daily Science? Qu’attendez-vous de nos articles? Voilà quelques-unes de ses interrogations. Pour faire plus ample connaissance, elle vous propose de répondre à un questionnaire anonyme, en ligne, d’une douzaine de questions, simples et courtes. Répondre à ces quelques questions ne vous prendra pas plus de 5 minutes.