par Christian Du Brulle

L’année dernière, trois chercheuses avaient été sacrées lauréates du concours de vulgarisation scientifique « Ma thèse en 180 secondes ». Cette année, au terme de la finale interuniversitaire belge qui vient de se tenir à Louvain-la-Neuve (UCL), ce sont trois chercheurs qui ont séduit le jury et le public. Trois chercheurs sur 18 candidats, dont en réalité 13 étaient… des candidates.

 

Rappelons que le concours « Ma thèse en 180 secondes » permet à des doctorants, ou à des docteurs « de l’année », de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche.

 

La déclinaison française de ce concours remonte à 2014. Il s’inspire du concours « Three minute thesis (3MT) », qui a été organisé pour la première fois en 2008 à l’Université du Queensland, en Australie. 

 

Sciences exactes à l’honneur

 

Cette année, Thomas Abbate, de l’Université de Mons, et Alexis Darras, de l’Université de Liège, représenteront la Belgique à la finale internationale de ce concours de vulgarisation scientifique. Le troisième lauréat, Félicien Hespeels, Boursier FRIA – F.R.S.-FNRS à l’Université de Namur, a quant à lui remporté le prix du public.

 

Thomas Abbate est docteur en Sciences de l’ingénieur de l’Université de Mons. Il a séduit le jury avec sa prestation détaillant son travail de modélisation intitulé (en version simplifiée): « Les vaccins, c’est comme le vin! ». Plus prosaïquement, sa thèse s’intitule : « Modélisation mathématique, observation et contrôle de l’amplification virale en culture de cellules animales ».

 

Découvrez la prestation de Thomas Abbate du 23 mai, à Louvain-la-Neuve

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 
Alexis Darras, aspirant F.R.S.-FNRS, est doctorant en Science physique à l’Université de Liège (ULg). Sa thèse s’intitule : « Évaporation sur champs de gouttes de colloïdes superparamagnétiques ». Le titre simplifié va à l’essentiel: « Sang pour sang magnétique ».

 

Regardez son résumé vulgarisé en 180 secondes présenté lors de la finale interuniversitaire

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Enfin, Félicien Hespeels, Docteur en sciences physiques de l’Université de Namur, a travaillé sur l’« Étude de l’émission d’électrons secondaires de nanoparticules à base d’or soumises à une irradiation de protons ». Son titre destiné à un large public se résume à ces quelques mots: « De l’or contre le cancer ».

 

Sa prestation, à découvrir ici, a largement séduit le public qui lui a remis son « prix »

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Le 28 septembre prochain, c’est l’Université de Liège qui accueillera la finale internationale de ce concours. Les candidats belges s’y mesureront aux meilleurs docteurs et doctorants venus notamment du Québec, de France, de Suisse et du Maroc.