En 2018, les « Smart Cities » belges misent davantage sur la gouvernance

par Daily Science

La dynamique Smart City en Belgique est bien vivante. En 2017, une première étude menée par l’Institut de la ville intelligente (Smart City Institute, HEC Liège), permettait de prendre le pouls de cette tendance au sein des communes belges. Au premier trimestre 2018, une seconde étude, ciblée sur le territoire wallon, démontrait que les villes wallonnes étaient bien lancées dans la course vers des villes plus intelligentes.

123 communes belges sous la loupe

Le baromètre belge 2018, qui vient de sortir, dresse un nouvel état des lieux du développement de ce phénomène et pointe quelques évolutions à l’échelle du pays.

Ce baromètre 2018 est le fruit d’une étude menée auprès de communes belges entre octobre 2017 et avril 2018. Au total, 21% des communes belges, soit un échantillon de 123 communes, ont répondu à l’enquête et donné leur perception de cette dynamique. Les principales conclusions du Smart City Institute liégeois?

Formalisation des objectifs

« Alors que, dans le Baromètre 2017, les villes belges rapprochaient davantage la Smart City à sa dimension technologique, une nuance semble se dégager dans le Baromètre 2018 puisque la gouvernance ressort comme le prérequis essentiel à la mise en place de la Smart City dans nos communes belges », indique le document.

« Ces dernières perçoivent la Smart City comme un outil de gouvernance, de digitalisation et de gestion. Elles commencent à prendre conscience de l’importance de la formalisation des objectifs Smart City dans leur stratégie globale. À cette fin, elles développent des projets concrets en lien avec leurs objectifs et enjeux territoriaux ».

« Le développement de la stratégie Smart City a donc pour objectif de transformer la commune en un territoire vivant et dynamique. Cette valeur est véhiculée afin de renforcer la créativité, l’innovation et l’implication tant des citoyens que des entreprises et universités ».

Énergie, mobilité, participation citoyenne…

« En Belgique, le développement d’une ville intelligente et durable ne se limite plus seulement à des initiatives top-down : les autorités publiques encouragent en effet différentes initiatives bottom-up afin de renforcer un écosystème plus intégré et dynamique. Cette ouverture s’opère déjà plus concrètement auprès des organisations parastatales, des intercommunales et des consultants. Néanmoins, tout comme en 2017, les acteurs intracommunaux ont encore une place décisive dans la gestion et le suivi des projets Smart City. Afin de s’inscrire dans des démarches d’amélioration continue, la mise en place d’un leadership flexible et participatif tend à émerger en vue de renforcer une collaboration transversale entre les acteurs. »

Parmi les principales thématiques en cours de développement dans nos communes belges, 6 ont été particulièrement mises en évidence à travers l’étude : optimisation énergétique (44%), participation citoyenne (44%), gouvernance (44%), transport et mobilité (43%), attractivité et développement économique (42%) et télécommunication, digitalisation et innovation (40%). Notons tout de même que dans les communes rurales, le focus se place plutôt sur des développements technologiques précis (éclairage LED et intelligent, télécommunication, digitalisation et innovation) et l’optimisation environnementale.

Un bémol, toutefois. Cette année, si en moyenne 5 projets Smart City ont été identifiés par commune contre 2,3 projets en 2017, ces chiffres sont à nuancer puisque 41% des communes interrogées expliquent ne pas avoir connaissance de l’ensemble des projets Smart City sur leur territoire.

Le rapport 2018 complet est disponible sur le site du Smart Cities Institute de l’Université de Liège.