par Christian Du Brulle

Dès 2018, la Fédération Wallonie-Bruxelles va consacrer 22 millions d’euros supplémentaires à la recherche scientifique. Dans son budget initial pour l’année prochaine, le gouvernement de la FWB a en effet décidé d’investir davantage dans la recherche fondamentale. « Un facteur essentiel du développement de la société », note Jean-Claude Marcourt (PS), vice-président du gouvernement de la FWB et ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

 
Cet argent frais porte d’une part sur le financement du nouveau programme EOS (Excellence of Science) à hauteur de 14 millions d’euros, et d’autre part sur une enveloppe supplémentaire de 8 millions d’euros allouée au Fonds de la Recherche Scientifique (F.R.S-FNRS).

 

EOS est le nom du nouveau programme de recherche collaborative entre des équipes universitaires du nord et du sud du pays. Il fait suite aux défunts pôles d’attraction interuniversitaires gérés par la Politique scientifique fédérale (BELSPO). EOS, (« Excellence of Science ») est cogéré par le Fonds de la Recherche scientifique F.R.S-FNRS et son homologue flamand, le FWO. « Les 14 millions transférés du niveau fédéral à la FWB dans ce cadre sont intégralement reversés au FNRS », précise le ministre Marcourt.

 

EOS: trente millions d’euros par an pour la recherche collaborative en Belgique

 
Huit millions d’argent frais : le début du refinancement du FNRS

 

Les autres « nouveaux moyens » alloués au FNRS (8 millions d’euros en 2018) sont eux réellement neufs. « Et ils sont également intégrés dans le budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles de manière structurelle », rappelle le ministre.

 

Pour le FNRS, ce sera de l’argent réellement frais. Il s’agit d’une hausse du budget de FNRS de l’ordre de 5 %. « C’est une première étape dans le refinancement du FNRS », précise Jean-Claude Marcourt.

 

Au FNRS, le Pr Véronique Halloin, Secrétaire générale de l’institution, applaudit. « C’est une magnifique nouvelle », indique-t-elle.

 
Améliorer la carrière des chercheurs

 

A quoi cet argent frais va-t-il servir? « Je souhaite qu’il soit consacré à la carrière des chercheurs, souligne le ministre. Cela pourrait se traduire par l’engagement de davantage de chercheurs qualifiés par exemple. La volonté du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est aussi de soutenir divers projets de recherche portés par le FNRS », précise-t-il.

 

S’il semble acquis que cette somme de 8 millions sera récurrente et indexée, le ministre de la Recherche envisage même de la doubler… et ce dès 2019.

 

« Le détail de l’affectation de ces nouveaux moyens sera toutefois discuté avec le conseil d’administration du FNRS », indique encore Jean-Claude Marcourt.
« Avec ces nouvelles mesures, et pourvu que les efforts entrepris en Wallonie avec des programmes comme WellBIO, les pôles de compétitivité, le régime d’aides à la recherche, les plateformes d’innovation, etc. soient maintenus…), l’ambition reste d’atteindre les objectifs de la stratégie de Lisbonne en affectant au budget de la recherche 3% du PIB », conclut le ministre Marcourt.

 

Le budget initial pour 2018 du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles doit encore recevoir l’aval du Parlement.

 

Enseignement supérieur : 21,5 millions de refinancement en 2018
 

Dans son budget 2018, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a également décidé de porter le refinancement de l’enseignement supérieur (Universités et Hautes Écoles) à hauteur de 21,5 millions d’euros.

 

« Le refinancement se poursuit et s’amplifie », indique ce vendredi le gouvernement de Rudy Demotte, Ministre-Président de la FWB. « Après 17,5 millions d’euros investis sur la période 2016-2017, nous ajoutons 21,5 millions additionnels en 2018, pour atteindre un total de 39 millions.