Etudiants dans un auditoire / UCL Woluwe 1974

Comment l’UCL a dopé la démographie de Woluwe-St-Lambert

par Christian Du Brulle

Il y a tout juste 40 ans, le site de Woluwe-St-Lambert (Bruxelles) de l’Université Catholique de Louvain (UCL) ouvrait ses portes aux étudiants. Jean-Marie Gillis, Professeur (émérite) de physiologie en 1974, s’en souvient comme si c’était hier. “J’ai été celui qui a donné le tout premier cours à Woluwe”, indique-t-il. “Il y avait 180 étudiants en médecine dans mon auditoire à cette époque”.

 

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas directement dans le cadre de la scission de l’Université de Louvain (le fameux “Walen buiten” de l’époque, qui a vu le départ des francophones de Leuven) que l’UCL s’est implantée à Bruxelles. Il y avait surtout un problème de ressources pour les étudiants en médecine.

 

UCL/Woluwe : première rentrée académique 1974
UCL/Woluwe : première rentrée académique 1974

 

C’est suite à l’explosion, dans les années ’60, du nombre d’étudiants en médecine et à l’incapacité, pour les hôpitaux universitaires de Leuven, d’absorber ce flux croissant de médecins stagiaires que les autorités de l’UCL ont décidé d’installer la Faculté de médecine de l’Université, à Bruxelles”, rappelle Jacques Melin, vice-recteur du secteur des sciences de la santé de l’UCL.

 

Mais pourquoi Bruxelles ?

 

L’est de Bruxelles, région francophone la plus proche de Louvain, manquait d’infrastructures hospitalières universitaires et disposait de terrains libres. En 1963, les autorités de l’UCL (toujours à Leuven) font donc l’acquisition de 38 ha de terrains à Woluwe-Saint-Lambert afin d’y installer la section francophone de leur Faculté de médecine et surtout d’y construire un nouvel hôpital universitaire: les Cliniques universitaires Saint-Luc.

 

Le facteur démographique

 

A l’occasion des 40 ans de présence de l’Université à Woluwe, une série d’événements festifs et culturels sont au programme. Luc Dal, du service d’études et du Centre de recherche en démographie et sociétés de l’UCL, a lui préféré se pencher sur l’impact que cette implantation universitaire a eu sur l’est de Bruxelles. Il a centré ses recherches sur Woluwe-St-Lambert mais aussi quelques communes limitrophes (Woluwe-St-Pierre, Zaventem, Kraainem et Wezembeek-Oppem).

 

“En 40 ans de présence de l’UCL, on assiste à une croissance importante de la population de Woluwe Saint-Lambert et, dans une moindre mesure, des communes limitrophes”, indique-t-il. Une telle évolution démographique n’est pas observée, dans de telles proportions, ailleurs dans la capitale. Il y a donc bien eu un impact de l’Université sur le développement socio-économique de cette partie de Bruxelles.

 

Quelques chiffres?

 

Pour calculer l’impact de l’arrivée de l’UCL sur le développement démographique de son environnement direct, le chercheur s’est concentré sur une zone bien définie, centrée sur le campus et évoluant en cercles concentriques vers le reste de la commune de Woluwe-St-Lambert ainsi que vers les communes voisines.

 

Zones d'influence de l'UCL/Woluwe sur la démographie locale
Zones d’influence de l’UCL/Woluwe sur la démographie locale

 

En 1970, lorsque l’UCL s’installe à Woluwe, son environnement direct (bleu foncé) est quasiment inhabité. Par contre, entre 1970 et 1981, il passe de 4 à 488 habitants. Quant à la première couronne qui entoure l’UCL, on observe un accroissement spectaculaire de 2050 habitants, soit 3,55% de taux de croissance annuel moyen. A l’inverse, au cours de cette même période, la Région bruxelloise, dans son ensemble, perd près de 78 000 âmes, soit une baisse de 0,68 %.

 

Entre 1981 et 1991, l’ensemble de la Région bruxelloise poursuit sa chute démographique (- 0,38%) tandis que le site de l’UCL et son environnement direct continuent d’attirer toujours plus d’habitants (+ 3 396, soit + 0,89%). L’examen des chiffres indique clairement que l’effet de la présence de l’UCL déborde largement la seule commune de Woluwe-Saint-Lambert, puisque la population totale y diminue (sauf dans la zone de la commune où est située l’UCL), à l’inverse de Kraainem et de Wezembeek-Oppem.

 

Entre 1991 et 1996, la zone d’intérêt poursuit sa croissance de manière plus modérée que lors des décennies précédentes. Enfin, à partir de 1997, la région bruxelloise voit, pour la première fois en 20 ans, les chiffres de sa population repartir à la hausse. Même augmentation pour le site de l’UCL et son environnement direct : + 7285 d’habitants, soit +21,7 %.

 

L’UCL endigue la crise

 

Notons plus globalement qu’en termes de population, la Région bruxelloise a connu deux périodes nettement distinctes au cours de ces 50 dernières années. D’abord une longue période de décroissance. Elle s’est achevée en 1996, a été suivie d’une période de reprise de la croissance qui s’intensifie actuellement.
Par contre, la zone d’intérêt comprise dans les communes de Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Zaventem, Kraainem et Wezembeek-Oppem a connu une croissance continue.

 

Dans le cas particulier de Woluwe-Saint-Lambert, si dans son ensemble la commune a suivi le mouvement général en deux temps (décroissance suivie de reprise), de manière spécifique, l’est de la commune a, quant à lui, connu depuis 1970 une croissance importante qui s’explique par le rôle attractif de l’UCL. Woluwe-Saint-Lambert est donc la commune qui a bénéficié le plus de l’impact positif, en terme de population de cette présence, son rayonnement ayant toutefois débordé largement les limites de sa commune d’implantation.

Le tableau ci-dessous résume cette évolution en faisant également une distinction entre les zones des communes incluses ou non dans la “zone d’intérêt”, soit la zone d’influence de l’UCL à Woluwe-St-Lambert.

 

UCL/Woluwe Evolution démographique
UCL/Woluwe Evolution démographique

 

Des emplois aussi…

 

L’étude de M. Dal est strictement démographique. L’impact socio-économique de l’UCL peut sans doute être mesuré par d’autres indicateurs. Le site de l’UCL à Woluwe représente aujourd’hui 6 237 étudiants, 1 089 membres du personnel, 1 250 logements étudiants et 114 500 m² de bâtiments académiques et à vocation sociale. On y retrouve 3 Facultés et 4 Instituts, 65 activités commerciales ou professionnelles (asbl) dont 22 horeca et 2 restaurants universitaires.

 

Sans oublier, depuis 1983, un premier parc scientifique. Il compte aujourd’hui 49 entreprises et totalise 550 emplois. A noter encore, en 2012, la création d’un second incubateur : le Brussels Life Science Incubator. Co-financé par l’UCL et la Région bruxelloise, il compte aujourd’hui 37 sociétés et a engendré 88 emplois.

 

Enfin, à l’heure actuelle, il ressort que le site de l’UCL à Woluwe est fréquenté chaque jour par 30 000 personnes aux profils divers: étudiants, enseignants, professionnels de la santé, patients, famille, visiteurs de toutes sortes. De quoi susciter d’autres soucis aux gestionnaires communaux, dont Olivier Maingain, le bourgmestre de Woluwe-St-Lambert qui confie volontiers qu’un des défis actuels pour la commune est d’assurer la meilleure mobilité possible dans et autour du site universitaire…