Congrès scientifique, une visite en coulisse

par Christian Du Brulle

La vie de chercheur est rythmée par toute une série d’événements qui reviennent plus ou moins régulièrement: collaborations, publications, recherches de financements, mais aussi participation à l’un ou l’autre congrès scientifique. Ces moments clés dans l’année du chercheur sont l’occasion de faire le point sur certaines thématiques, de rencontrer des collègues venus de tous les coins du monde, de partager, d’échanger et bien entendu…. De découvrir les dernières nouvelles de la discipline concernée!
 
Depuis le début de cette semaine, l’astrophysicienne Yaël Nazé, chercheuse qualifiée F.R.S.-FNRS à l’Université de Liège (ULg), participe à une de ces réunions internationales. Elle se trouve à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Le paradis? Scientifiquement parlant, cela ne devrait faire aucun doute. Le symposium « IAUS329 », proposé par l’Union astronomique internationale, est centré sur la « vie et l’agonie des étoiles massives », une de ses spécialités. Le congrès a commencé lundi. Il dure toute la semaine.

 

etoile-massive-congres-nz
 
Un voyage de deux jours
 
Pour gagner les antipodes et assister à cette fameuse réunion, la chercheuse belge a par contre dû se montrer patiente…
 
Comme elle l’écrit sur son blog, elle a voyagé quasi deux jours pour arriver à destination: départ de l’ULg à 14 heures vendredi dernier pour arriver en Nouvelle-Zélande dimanche à 13 heures…
 
Et depuis, ses journées ont été bien remplies. Elle en livre de nombreux détails dans ses billets quotidiens librement accessibles, sur le site du magazine d’astronomie français Ciel & Espace mais également en anglais, sur un site de blogs néo-zélandais. Une visite des coulisses d’un congrès qui mérite le détour!

 

Des journées bien remplies
 

Dr Yaël Nazé
Dr Yaël Nazé

Notons au passage qu’il n’y a pas que les sessions et les ateliers qui rythment une telle rencontre scientifique. Outre les mondanités (les pauses café, les repas et les moments plus conviviaux/sociaux), on retrouve aussi des sessions de présentation des posters proposés par certains chercheurs. Ils y détaillent l’un ou l’autre volet de leurs derniers travaux.
 
Une centaine de posters sont au programme d’IAUS329 à Auckland. Le Dr Nazé en propose notamment un où il est question d’étoiles massives magnétiques dans les Nuages de Magellan (“The quest for magnetic massive stars in the Magellanic Clouds/Ups and downs of a magnetic oblique rotator viewed at high resolution”).
 
Une séance publique pour attaquer le week-end
 
Mercredi, les congressistes feront relâche une demi-journée. Au programme: une visite au volcan voisin. Une récréation entre chercheurs avant de reprendre le collier.
 
Jusqu’à vendredi soir? Pas pour Yaël Nazé, dont on connaît la propension naturelle à partager sa passion pour la Science avec le public le plus large. Ses nombreux livres (primés) de vulgarisation scientifique en attestent. Samedi, elle répondra « présente » à l’appel du département de physique de l’université d’Auckland, qui souhaitait organiser dans la foulée de ce congrès une journée destinée au « grand public ». A midi, c’est elle qui ouvrira les débats avec un regard dans le rétroviseur. Son intervention porte comme titre « Ancient Astronomy ».