Contrairement à son lointain cousin Primoptynx poliotaurus, le hibou grand-duc tue ses proies à l'aide de son bec.

Un hibou qui chassait comme un aigle

Durée de lecture : 3 min
Thierry Smith (c) IRSNB

Voilà environ 55 millions d’années, un grand hibou était capable de tuer des mammifères de taille moyenne. Ses pattes et de ses griffes était des armes redoutables, contrairement aux hiboux actuels qui tuent avec leur bec. Cet ancêtre vient d’être classifié par une équipe internationale de paléontologues. Thierry Smith, de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB) en fait partie.

Un squelette bien préservé

Le squelette exhumé par des paléontologues américains dans le Wyoming (Etats-Unis), il y a trente ans, est un des hiboux fossiles les plus complets du Paléogène, la période géologique qui a suivi l’extinction des dinosaures non-aviens il y a 66 millions d’années.

Le fossile, dont la majorité des os postcrâniens ont été préservés, est vieux de 54,5 à 55 millions d’années (soit l’Eocène inférieur).

Comparaison du squelette de Primoptynx poliotaurus avec celui du harfang des neiges actuel (Bubo scandiacus) © Sven Tränkner & Gerald Mayr

Des doigts différents

Primoptynx poliotaurus est une nouvelle espèce et un nouveau genre. Ce hibou mesurait environ 50 centimètres de long – taille comparable à Hedwig, le harfang des neiges de Harry Potter – et appartient à un groupe disparu.

“Ses pattes sont différentes de celles des hiboux et chouettes actuels”, déclare le paléontologue Thierry Smith, co-auteur de l’étude avec Gerald Mayr de l’Institut de recherche Senckenberg de Francfort et Philip Gingerich de l’Université du Michigan.

“Les hiboux ont aujourd’hui quatre doigts avec des griffes de même taille pour attraper des proies relativement petites, et les tuer avec le bec. Primoptynx a les premier et second doigts plus longs, comme on le voit chez les éperviers, buses, aigles et autres membres de la famille des Accipitridae. Ces deux doigts plus développés sont utilisés pour épingler les proies, qui sont percées par les serres. C’était donc un hibou qui chassait, comme un aigle, des mammifères de taille moyenne”.

Comparaison des pattes de Primoptynx poliotaurus avec celles de la chouette effraie (Tyto alba) et du harfang des neiges (Bubo scandiacus) © Sven Tränkner & Gerald Mayr

Une extinction causée par l’apparition des oiseaux de proie diurnes ?

Ce fossile montre, avec d’autres découvertes, que durant l’Eocène inférieur il y avait déjà beaucoup d’espèces de hiboux, de différentes tailles, qui occupaient différentes niches écologiques. Le succès des hiboux allait de pair avec celui des mammifères, devenus très diversifiés après la cinquième extinction massive, qui a anéanti les dinosaures.

L’extinction ultérieure de Primoptynx poliotaurus et d’autres proto-hiboux pourrait être due à l’émergence d’oiseaux de proie diurnes à l’Éocène supérieur.

Les badlands de McCullough Peaks (Wyoming, USA), lieu où a été découvert le squelette de Primoptynx poliotaurus © Philip Gingerich
Print Friendly, PDF & Email